comptabilité du taxi
Entrepreneuriat

Comptabilité du taxi : que faut-il savoir en tant que chauffeur ?

Comme dans n’importe quelle profession, la comptabilité et autres spécificités fiscales et juridiques sont importantes à prendre en compte. En tant que taxi, vous êtes soumis à des charges et par conséquent, vous êtes associé à un régime fiscal. Découvrons ensemble quelques éléments importants pour la compatibilité d’un taxi.

Le statut juridique du chauffeur taxi

Pour commencer, il convient de préciser les différents statuts pour exercer le métier de taxi. Aujourd’hui, vous pouvez être :

  • Salarié : en tant que salarié, vous êtes embauché par une société et vous avez à votre disposition un véhicule de l’entreprise pour exercer vos fonctions.
  • Artisan : en tant qu’artisan, vous êtes propriétaire d’une licence de taxi et d’une carte professionnelle. Vous pouvez exercer partout en France mais vous devez payer le prix de la licence selon votre location.
  • Travailleur indépendant : la dernière option est celle du chauffeur de taxi avec une location d’une licence. Ce statut nécessite de payer mensuellement un loyer pour exercer. Dans ces frais mensuels sont comptés l’assurance, le véhicule, son entretien et autres critères propre à la profession.

Quel est le régime fiscal possible pour un chauffeur de taxi ?

Dans le cas où le statut est celui de chauffeur salarié, le professionnel reçoit une rémunération de la part la société qui est soumise au régime des traitements et salaires.

Pour celui qui exerce le métier de chauffeur de taxi de manière libérale, deux régimes fiscaux peuvent se présenter :

  • Le régime réel : ce régime est obligatoire lorsque le chiffre d’affaires excède 70 000 euros et à ce stade, la compatibilité du taxi doit se faire par l’intermédiaire d’un expert-comptable.
  • Le Micro BIC : il s’agit d’un régime dit simplifié, de ce fait, vous déclarez vos revenus tous les trois mois afin de payer vos charges sociales selon le taux pratiqué qui est actuellement de 22%. Ensuite, vous avez vos impôts à payer avec un abattement qui représentent environ 50% du chiffre d’affaires annuel réalisé. Cela est valable jusqu’à 70 000 euros.

Que faut-il savoir sur la comptabilité d’un taxi ?

Est-ce que le taxi est soumis à la TVA ?

Oui, les taxis sont soumis à la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) mais à un taux intermédiaire de 10%. De ce fait, le professionnel doit déclarer par trimestre la somme perçue par la TVA moins les frais payés dans le cadre de son activité (entretien du véhicule, etc).

A savoir : pour ceux dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 238 000 euros, vous êtes soumis au régime simplifié de la TVA. À la suite de cela, une déclaration annuelle avec toutes vos opérations est à réaliser.

Quels sont les registres comptables obligatoires pour la comptabilité ?

Pour ceux affectés au régime réel simplifié, vous devez déclarer un certain nombre d’éléments pour être conforme :

  • Un grand livre : il s’agit ici de noter quotidiennement toutes les opérations afin d’avoir une trace de toutes les actions de manière comptable.
  • Un petit livre : le petit livre est similaire au grand libre mais il suffit de tenir à jour une liste des opérations sans forcément avoir un format spécifique.
  • Un bilan annuel des comptes