Une proposition de reclassement professionnel
Ressources humaines

Licenciement professionnel : proposez l’outplacement à votre salarié

Pour des raisons économiques ou de changements de projets, le dirigeant d’entreprise doit licencier tout ou partie de son personnel. Dans cette situation, il se doit de proposer aux salariés l’outplacement (ou reclassement externe).

Voici les informations qui vous permettront un choix avisé, les avantages et inconvénients pour l’entreprise et le salarié.

L’outplacement : un accompagnement pour votre avenir professionnel

Ce système de reclassement lors d’un licenciement existe déjà depuis les années 1970 en France et bien avant au Royaume-Uni et aux USA. Il s’agit, pour l’employeur, de proposer aux salariés en licenciement un accompagnement par une équipe de professionnels comme celle de Group 3’C. Ceci dans le but de retrouver rapidement un emploi au mieux de leurs compétences.

Ce programme de reclassement comprend différentes phases :

Par une évaluation précise, l’expérience et les compétences professionnelles seront mise en valeur. De nouvelles compétences pourront s’acquérir par exemple pour devenir indépendant en créant une entreprise.

De même, les consultants en replacement externe vont préciser le mode de fonctionnement et l’environnement professionnel préféré de chacun.

Pour cela, ils forment aux outils et donnent accès aux documents utiles.

L’équipe accompagne aussi le salarié sur le plan psychologique (deuil de l’emploi précédent et reprise de la confiance en soi) pendant le processus comme l’explique le gouvernement. Elle va aider à la recherche d’emploi (rédaction du CV, lettre de motivation, mails de candidature)

Le consultant en outplacement va travailler le réseau personnel, le profil sur Linkedin et les réseaux sociaux. L’équipe ouvre les carnets d’adresses des membres du cabinet. L’outplacement comporte aussi une assistance administrative (mise à jour des papiers sur le plan social, demande d’allocations…)

A lire :   Pourquoi équiper vos locaux de fauteuils de bureau ergonomique ?

La formation comprend en individuel ou en séances collectives des simulations d’entretien d’embauche avec débriefing.

L’accompagnement se fait jusqu’à l‘intégration dans le nouvel emploi avec des conseils pour la négociation du nouveau contrat (salaire, avantages et implication dans les bénéfices de l’entreprise…).

Tout cela grâce au coaching personnel d’experts en ressources humaines.

Un chef d’entreprise en charge d’un licenciement collectif doit choisir le bon cabinet d’outplacement. Il y va de la bonne réputation de son entreprise.

Son choix doit porter sur le sérieux de la méthodologie, des ressources documentaires et relationnelles et des compétences de l’équipe de consultants comme chez Group’3C.

Ainsi, pour les cadres et dirigeants, les consultants doivent bien maîtriser les subtilités des fonctions concernées. Leur coaching prépare aussi au recrutement sur le plan international. Les meilleures entreprises connaissent tous les candidats et annonce un résultat de 97 % de réussite pour un emploi en 12 mois. La moyenne varie plutôt entre 60 et 75 %.

Quelles sont les conditions pour bénéficier du reclassement externe ?

Réservé au départ aux cadres et dirigeants, le reclassement externe s’adresse aujourd’hui à toutes les entreprises du secteur privé (TPE, PME et grandes entreprises). Il concerne tout type de contrat CDI et CDD sauf le temps partiel inférieur à la moitié du temps plein.

Un salarié peut demander l’outplacement en cas de rupture conventionnelle.

Pour en profiter, lors d’un licenciement collectif ou individuel, les salariés ne peuvent être licenciés pour faute grave, doivent avoir moins de 45 ans et être employés depuis un an dans l’entreprise.

Ils bénéficient de 30 h d’accompagnement sur 3 mois.

Pour les plus de 45 ans, l’outplacement peut aller jusqu’ 60 h en12 mois.

A lire :   Le mi-temps thérapeutique pendant la grossesse

En cas d’obtention d’un nouvel emploi, il y a une garantie de 3 mois. Un salarié qui quitte cet emploi durant ce délai peut reprendre la procédure d’outplacement.

Un salarié qui n’a pas signé un nouveau contrat doit accepter le reclassement. Sinon il risque de perdre de 4 à 52 semaines d‘allocations de chômage.

En cas de licenciement pour inaptitude, l’outplacement va former à un poste adapté ou conseiller des aménagements dans les conditions de travail.

La force majeure médicale n’est pas considérée comme un licenciement et relève d’autres réglementations.

Les avantages et les inconvénients de l’outplacement

Pour l’entreprise, il s’agit de préserver sa bonne réputation et de rassurer les collaborateurs. Le licenciement se transforme en énergie positive.

Le reclassement externe va booster l’avenir professionnel des salariés dans leur nouveau projet.

Aider à retrouver un emploi valorise la RSE (responsabilité sociale et environnementale) et préserve le climat social.

Le salarié se sent considéré et peut identifier ses atouts et faiblesses dans la réalisation de son projet de reconversion.

Dans le cadre légal, des entités comme Group’3C conseillent les entreprises et trouve les solutions d’accompagnement dès l’annonce d’un licenciement.

Les prestations d’outplacement ont bien sûr un coût. Cela varie de 2000 à 5500 € par salarié pour un licenciement collectif et pour un coaching individuel, cela se négocie selon la fonction du candidat.