Un homme avec un vêtement haute visibilité
Entreprise

Avec quels vêtements de travail de haute visibilité s’équiper ?

Selon le Code du travail (art 4321), l’employeur doit fournir à ses salariés les EPI (équipement de protection individuelle) qui conviennent aux tâches exigées par la fonction. La mise à disposition est gratuite et le matériel est personnel.

Dans le cas des vêtements de signalisation à haute visibilité, il faut qu’ils respectent les normes EN ou ISO 20471. Voyons en quoi consiste cette réglementation.

Vêtement haute visibilité : quelle est la réglementation ?

Le trafic routier nocturne représente à peine 10 % du trafic total mais est responsable de 35 % des blessés et 45 % des décès parmi les personnes qui travaillent la nuit sur les routes. Cela est dû au manque de visibilité par les autres travailleurs ou usagers. Les vêtements de signalisation à haute visibilité doivent être de couleur jaune, orange ou rouge ou du moins partiellement. Ils comportent deux parties :

  • La visibilité de jour est assurée par la couleur des tissus en matières fluorescentes. Les travailleurs doivent être visibles dans toutes les circonstances (faible luminosité, pluie, neige, brouillard…).
  • Pour la nuit, les vêtements à haute visibilité sont pourvus de bandes rétroréfléchissantes qui renvoient la lumière des phares. Cela est possible grâce à des microbilles ou des microprismes. Ces bandes grises ont 5 cm de largeur et sont espacées de 5 cm au minimum.

Ces types de vêtements à haute visibilité doivent répondre aux conditions de l’une des 3 classes suivantes selon les modalités de leurs utilisations :

  • Pour la classe 3 (la plus stricte), il faut au minimum 0,80 m2 de surface fluorescente et 0,20 m2 de surface rétroréfléchissante.
  • La classe 2 exige au minimum 0,50 m2 pour la 1ère et 0,13 m2 de surface rétroréfléchissante.
  • Enfin, pour la classe 1, une surface fluorescente de 0,14 m2 suffit et 0,10 m2 en matière rétroréfléchissante.
A lire :   Comment cuire une pizza congelée sans utiliser de four au boulot ?

Les matières doivent être réparties également entre le devant et le dos des vêtements à haute visibilité.

De plus, lorsque la circulation roule à plus de 60 km/ h, la classe 3 est obligatoire. Pour une vitesse inférieure à 60 km/h, la classe 2 est exigée et si le trafic ne dépasse pas 30 km/h, la classe 1 convient.

Le type de fonction et la localisation influencent aussi la classe.

La classe 3 s’applique aux travailleurs sur les autoroutes, les services de secours ou de police, les transporteurs. Ces fonctions sont particulièrement exposées car les personnes dépendent du type d’intervention, de l’emplacement et des conditions.

Cela vaut également pour les services sur les aéroports ou les réseaux ferroviaires, les ports, le ramassage des ordures et les chantiers dangereux.

La classe 2 concerne les agents communaux qui travaillent en bord de route et les travailleurs sur chantiers de moindre importance.

Les vêtements à haute visibilité de classe 1 suffisent seulement pour des interventions de quelques minutes et dans des situations de luminosité acceptable.

A savoir que tout véhicule automoteur doit être muni d’un gilet jaune pour la visibilité. A revêtir en cas de panne, d’accident ou de ralentissement dès que l’on se déplace à pied sur la voie publique.

Aucun accessoire ne peut cacher l’ensemble ou partie des surfaces spécifiques. La mention de la classe doit être présente sur chaque pièce de ces vêtements.

Il existe des consignes précises pour le port, l’entretien et le nettoyage de ces vêtements. Souvent, ceux-ci doivent être confiés à des professionnels qui utilisent des produits spécifiques pour ne pas abîmer les propriétés de fluorescence ou de rétroréflexion.

A lire :   Pourquoi opter pour la location d'un chariot élévateur ?

Vêtement haute visibilité personnalisable

Le marché des vêtements à haute visibilité offre de nombreuses possibilités de personnaliser cette gamme de vêtements selon les modèles qui vont des t-shirts à la combinaison complète ou le blouson et pantalon indissociables. Il y a des parkas, des imperméables, des salopettes, différents types de vestes selon les saisons et les conditions de travail..

Les classes 2 et 3 exigent absolument de longues manches et des pantalons.

Il est possible de combiner des couleurs et des motifs.

Chaque travailleur a besoin aussi d’un confort et d’une liberté de mouvement pour exécuter ses tâches.

Ce sont aussi des outils précieux dans la communication des entreprises ou des organismes. Le logo et la devise de votre entreprise peuvent être imprimés ou brodés sur ces vêtements.

L’identification des grades ou fonctions est aussi importante pour distinguer les équipes par exemple lors d’une catastrophe ou des travaux importants mêlant différentes corps de métiers.

N’oublions pas que les vêtements à haute visibilité assurent la protection des travailleurs, leur sécurité et celle des autres usagers mais aussi la communication interne et externe.